Chronique d'une consultation médicale a priori anodine ….

octobre 29, 2017


"Vous ne voulez pas d'enfant? Faites attention : certaines femmes ont les ovaires vides à 35 ans ….". Sorti du contexte, cette phrase a l'air anodine, vous en conviendrez. 
Pourtant, je me souviendrai de ces mots qui m'ont été jetés en pleine face par un médecin lors de ma visite de contrôle annuelle alors qu'il prenait connaissance de mon dossier dans lequel il était indiqué que je venais récemment d'atteindre " l'âge avancé " de 32 ans! J'étais alors assise - depuis à peine 5 minutes - dans le cabinet de ce praticien que je consultais pour la première fois ….
J'ai été tout d'abord peinée d'entendre ces mots. Aujourd'hui, je suis en colère!

JE FAIS CE QUE JE VEUX

Après les proches qui se mêlent de ma vie (comme je l'ai déjà expliqué dans un billet précédent), dois-je supporter qu'un médecin me juge parce que je n'ai pas le projet d'avoir un enfant au cours des 12 prochains mois?
Si je n'ai pas d'enfant d'ici un, deux ou cinq ans, c'est mon choix. Peut-être le regretterais-je plus tard? Dans tous les cas, j'assumerais les conséquences de mes actes (ou non actes). Je ne suis plus une petite fille. Nul besoin de me réprimander. Peut-être ce Monsieur est-il las de voir défiler dans son cabinet des femmes trentenaires ou quadra qui ont des difficultés à concevoir et lui demandent de l'aide. Peut-être trouve t-il cela frustrant, redondant, irritant? Peut-être ne souhaitait-il pas me blesser? Peut-être ….


UN PEU DE TACT : EST-CE TROP DEMANDER?

Nul besoin d'un acte médical non consenti ou effectué avec brutalité pour se sentir agressée, jugée.
Je ne souhaite pas faire de généralités car je n'étais encore jamais sortie d'une consultation médicale bouleversée. Toutefois, j'ai écouté et lu de nombreux témoignages de connaissances, d'amies, d'anonymes qui ont été victimes un jour du manque de tact, antipathie, de retenue et de réflexion que certains praticiens. Ca suffit! 


Une consultation dans un univers médical est loin d'être aisé car nous sommes amenés à partager notre intimité. Je ne suis pas certaine que tous ces praticiens s'en rendent compte! Nos émotions, nos réactions s'en trouvent affectées et exacerbées
Si certains praticiens n'ont ni la sensibilité ou l'intelligence nécessaires pour le comprendre ou au moins appréhender ces données et les intégrer à la pratique quotidienne de leur médecine, il me semble qu'ils se sont trompés de métier!




You Might Also Like

29 commentaires

  1. Il n'a pas forcément bien choisi ses mots car il voit peut-être beaucoup trop de patientes ou peut-être aussi des patientes qui veulent avoir un enfant et qui n'y arrive pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a tenu un discours quasi moralisateur, ce n'est pas son rôle !

      Supprimer
    2. moralisateur, c'est certain que ce n'est pas son rôle, son rôle c'est d'informer pas d’ordonner ou de commander ...

      Supprimer
    3. oui les médecin peuvent nous aider, nous conseiller pour le bien de notre esprit et de notre santé, mais aucunement nous juger, encore moins quand ils ne nous connaissent absolument pas!

      Supprimer
  2. C'est courant.
    Comme le fait de dire " vous changerez d'avis".
    Faire un enfant, c'est la norme, donc il faut en faire. Si on en fait pas, on va forcément le regretter.
    C'est comme le discours moralisateur quand on est végéta*ien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne dis même pas aux médecins que je suis végétarienne car ils en viennent à attribuer tous les maux à notre régime alimentaire!
      faire un enfant, c'est un choix important, pas une aventure à prendre à la légère!

      Supprimer
  3. Je serai curieuse de savoir ce que tu lui as répondu.
    C'est fou comme les gens se mêlent de ce qui ne les regardent pas. Parce que non, sa position de médecin ne lui donne pas le droit de donner son avis là dessus si tu ne lui as pas demandé. Ca n'a rien à voir avec ta santé.
    Et puis je serai curieuse devoir la proportion de femmes dont les ovaires "sont vides à 35 ans". Comment faire flipper les gens pour rien ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par exemple, les chances de devenir enceinte pour une femme de moins de 30 ans, avec un conjoint fertile, sont environ de 75 % après un an d'essai. Ces chances diminuent à 62 % environ entre l'âge de 31 et de 35 ans et à moins de 55 % après l'âge de 35 ans.
      c'est loin d'etre vide, il etait dramatique, mais pour etre passé par la pma pour avoir ma fille je ne le souhaite a personne...

      Supprimer
    2. et bien je suis restée bête, en colère, je n'ai rien osé dire! Ensuite, quand je suis rentrée au bureau (j'avais rdv entre midi et deux), j'en ai parlé à ma collègue tellement j'étais choquée.
      Je lui ai quand même dit que ni ma situation professionnelle (mutation dans une autre région à l'été 2018, déplacements professionnels fréquents, et parfois longs), ni ma situation personnelle (relation à distance) ne nous permettaient de nous lancer.

      Supprimer
  4. J'ai changé de Gynécologue à cause de ce genre de remarque... J'ai d'abord eu le droit : 30 ans pas d'enfant? Il serait peut-être temps de s'y mettre. Et quand je lui ai parlé de changement de pilule suite à une prise de poids : Vos formes sont biens, vous êtes plutôt baisable... Je suis restée pétrifiée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis petrifié par tes mots c'est a gerber ce medecin, il faudrait le dénoncer à l’ordre des médecins.

      Supprimer
    2. Sérieusement ? C'est une HONTE, je me demande même comment cela est possible que de telles paroles puissent sortir de la bouche d'un gygy...

      Supprimer
    3. moi aussi, je suis choquée, je comprends maintenant pourquoi il y a autant de débat sur les violences faites aux femmes durant les consultations médicales.

      Supprimer
  5. Moi je ne dirais JAMAIS assez merci, a ce medecin qui ma dit comme à toi et qui m'a sauvé de plusieurs années de PMA en posant des le debut le bon diagnsotique. C'est assez juste d'en parler. Apres il faut trouver les mots

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis d'accord, il y a l'art et la manière d'en discuter avec une patiente.
      Il aurait pu me dire : quelle est votre situation pro, perso, envisagez-vous d'avoir un enfant…. pas me faire une sorte de morale 5 minutes après mon entrée dans son cabinet

      Supprimer
  6. Tu apprécieras peut être le livre Le choeur des femmes de Martin Wrinckler :) ça traite exactement du sujet de l'écoute des femmes dans les consultations de gynécologie (qui sortent bien souvent du cadre de la gynécologie d'ailleurs). Moi j'ai adoré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vais le lire, je te remercie pour ce conseil de lecture

      Supprimer
  7. C'est assez consternant l'infantilisation des femmes dans le milieu médical. Le genre de remarque que tu as eue. Et puis il faut se faire dépister pour combattre le cancer du sein, octobre rose etc : mais les hommes, ils n'ont pas le cancer eux, jamais? Y'a pas que nous qui devons aller nous faire tripoter. Mais à nous, il faut le rappeler, parce que quand même, on y penserait pas toutes seules.
    Bref j'espère que tu as changé de médecin, parce que ces gens là ne méritent pas qu'on aille chez eux, surtout qu'il y en a aussi (heureusement) de très bien ailleurs.

    RépondreSupprimer
  8. Pareil consultation après 9 mois d'essai infructueux pour faire un bébé, je me rends chez une nouvelle gynéco qui me balance devant mon conjoint "vous êtes en surpoids ! ça ne favorise pas la fertilité. il va falloir voir une diététicienne ! " ok j'ai de bonnes formes mais je ne suis pas obèse ! après recherches, on a découvert que j'ai un dérèglement thyroïdien donc ça explique en partie ma prise de poids... et pour me finir elle me balance "qu'à 35 ans on attend plus !!" je suis sortie de son cabinet en larmes !! bizarrement le médecin qui nous a reçu lors de ma consultation en PMA ne m'a jamais parlé de mon poids ni de mon âge mais plutôt des solutions qui s'offraient à nous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. heureusement, la grande majorité des médecins est bien et "normal", mais c'est parfois de très mauvaises rencontrent qui dégoutent de la profession médicale. Je trouve qu'un médecin, c'est un peu comme un chéri : c'est difficile d'en trouver un que l'on aime vraiment!

      Supprimer
  9. Wouah, ça c'est du manque de tact ! Je n'ai jamais eu affaire à un praticien comme cela, mais à ta place je n'hésiterais pas à en changer. Des medecins sympas et compréhensifs, heureusement ça existe, il suffit de trouver celui qui saura te mettre en confiance :)

    Bonne journée :)
    Elodie
    www.paroledeblonde.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quand il m'a dit "à l'année prochaine", j'ai pensé "si vous pensez que je reviendrai"….
      Mon précédent dr était très bien, malheureusement j'ai déménagé

      Supprimer
  10. Bonjour,
    Visiblement ce médecin manque de tact en plus d'avoir un rôle pseudo moralisateur sorti de son contexte.
    J'ai eu aussi ce genre de mauvaises expériences mais maintenant je me permets de répondre du tact au tact car je suis suffisamment à l'aise avec ce "non désir d'enfant". Car oui la société attend des femmes qu'elles donnent la vie coute que coute sinon......
    Bon courage à toi
    Estelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la prochaine fois, je n'aurais pas ma langue dans ma poche. je vais me préparer psychologiquement car on a aussi l'habitude en France d'avoir le plus grand respect pour ceux qui détiennent un savoir particulier. Ce savoir ne leur laisse pas pour autant le droit d'être indélicats

      Supprimer
    2. Oui c'est vrai mais le savoir n'autorise pas de dépasser une certaine limite et là je trouve qu'il l'a franchi....ceci dit c'est régulier dans le monde du médical hélas.
      Bref, une bonne réponse bien envoyée dans les dents devrait le calmer....

      Supprimer
  11. Salut,

    En gynéco et en obstétrique, c'est là qu'on rencontre les plus gros problèmes humains du corps médical. C'est effrayant.
    Je sors d'un an de cauchemar médical avec un service de PMA. Un an de ce que j'appelle de la maltraitance. De la maltraitance douce, discrète, mais non moins violente.
    Un an de doutes et d'incertitudes, d'erreurs, de manque d'écoute, de manque de respect... Qui s'est terminé en beauté par l'annonce de ma stérilité totale, même avec PMA, d'une façon magnifique,par le grand ponte du service :
    "Madame B., c'est terminé pour vous."
    Alors oui, j'en sais quelque chose du manque de tact des médecins.

    Un médecin n'a pas à juger de ton choix de ne pas vouloir d'enfant.
    Un médecin n'a pas à oublier de prendre en compte chaque individu sous prétexte qu'il est confronté dix fois dans la journée à la même problématique.

    Un jour, quand j'aurai pris du recul, j'écrirai sur ce service, la PMA de l'hôpital Foch, à Suresnes, pour ne pas le nommer. Si je n'ai pas tout oublié entre-temps parce que certaines choses valent mieux d'être ocultées.
    Le médecin qui me déclare les yeux dans les yeux que c'est n'importe quoi, ce que je lui raconte, quand je lui explique mes symptômes depuis six ans... Pour six mois plus tard venir me demander si je n'ai pas les symptômes en question, que ça expliquerait bien des choses...

    Dans un autre genre... Je suis non-voyante. Je n'oublierai jamais cette fois où je rentre dans le bureau du médecin, où après quelque temps de discussion, il me demande de me déshabiller pour une échographie vaginale (bon ça on a l'habitude, ça fait longtemps qu'on n'a plus aucune pudeur à traverser tout le bureau fesses à l'air et à attendre, jambes en l'air et écartées, qu'il ait fini de discuter avec son collègue). Je m'installe donc, je me prends les pieds dans un machin qu'il a laissé au milieu et que je ne peux pas voir, ça n'a pas l'air de le préoccuper des masses mais j'ai l'habitude, là aussi.
    Mais là où ça a été un peu plus surprenant, ça a été quand, alors que le médecin était encore à son bureau, j'ai senti qu'on m'insérait la sonde. Ah, parce qu'il y avait un deuxième médecin dans la pièce ? Comment vous dire ? Ce type ne m'a pas dit bonjour, ne s'est pas présenté, n'a pas prononcé une parole alors qu'il savait que j'étais aveugle et donc n'avais aucune chance de détecter sa présence, m'a laissé me casser à moitié la figure sans prendre le temps de retirer de mon chemin les obstacles, et il m'insère sa sonde sans même se présenter ou dire qu'il est là.
    Et là, il commence à discuter de ce qu'il voit avec l'autre médecin, sans jamais m'adresser un mot à moi.

    Oui les médecins manquent de tact, et pour moi parfois ils peuvent faire plus de dégâts que les problèmes pour lesquels on va les voir à la base.
    Et tu as raison de dénoncer ces remarques à la con qui jugent et ne tiennent aucun compte du patient,
    de ses désirs et de sa sensibilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Florie,
      J'ai lu avec beaucoup d'attention ton témoignage qui m'a beaucoup touchée. J'ai été très choquée par les propos et actions que tu as décrits. Même en tant qu'être humain, cela n'est pas imaginable de traiter ses semblables de la sorte, que l'on ait un diplôme de médecine ou pas.
      Je pense que nous devons continuer à parler avec nos proches et notre entourage de ces violences de certains personnels médicaux qui ne disent pas leur mot (maux?) mais qui nous affectent tant.
      Il y a plus en plus de débat sur ce thème, c'est bien. Petit à petit, il y aura une meilleure réflexion du corps médical sur ces questions, et on enseignera mieux aux étudiants en médecine à prendre en compte l'humain.

      Supprimer
  12. Bonjour Olivia, je me permet de réagir à ton article que je trouve tout à fait choquant. Pas ta réaction, non ce qui me choque c'est le comportement de ce médecin. C'est tout à fait honteux que des personnes qui travaillent dans le domaine médical - avec tout l'humain qui est face à eux - ne soient pas absolument pas capable de déonthologie, ou simplement de respect (les histoires dans les commentaires me font bondir de fureur) ! Moi-même, j'ai longtemps eu des règles irrégulières (et là, je parle d'irrégularité qu'il n'y avait aucun schéma repérable, avec parfois deux à trois mois sans rien). Réponse de la gynécologue : parlez-en à votre mère, c'est probablement héréditaire et puisque vous êtes célibataire, pas de besoin de prendre la pilule. Oui, mais non, la pillule était une nécessité pour moi, pour mon angoisse de quand j'aurai mes règles, heureusement, je suis tombée sur ce site (à diffuser) : https://gynandco.wordpress.com qui liste les soignant-e-s féministe-e. J'ai pris rendez-vous avec une des praticen-ne-s recommandé-e-s et rencontré quelqu'un d'ouvert à mes angoisses. J'ai écrit tout un pavé et raconté beaucoup plus que je ne voulais au départ, mais voilà. Merci pour ton témoignage et oui, tu as parfaitement raison de ne pas laisser un médecin porter un regard moralisateur sur toi. Ce qui serait vraiment chouette c'est que les médecins et les futurs médecins soient enfin formés à écouter et respecter leur-e-s patient-e-s.

    RépondreSupprimer

Like us on Facebook

Subscribe