La souffrance au travail

by - juillet 04, 2017


Burn out, bore out, harcèlement, risques psycho-sociaux…. Derrière ces buzz words se cache une réalité qui est celle de la souffrance au travail.
Je pèse chacune des lettres écrites S.O.U.F.F.R.A.N.C.E. Je les porte sur mon dos depuis trop longtemps.
Elles sont lourdes de sens, de désespoir, de peurs dans un avenir qui me paraît désormais aussi sombre qu'incertain, de tristesse, de frustration. 



Oui, bien entendu, j'ai essayé de lâcher prise

A tous ceux qui m'ont dit que " le travail ne fait pas tout ", qu'il " faut savoir vivre en dehors du travail ", je vous prie de croire que j'ai essayé, j'ai essayé fort, de toutes mes forces, en vain.
J'ai essayé de lâcher prise, d'ignorer, j'ai essayé de m'évader, mais il n'est pas si facile de sortir de sables mouvants. C'est encore plus difficile lorsque l'on ne sait pas oublier, passer à autre chose, s'échapper.

Pourquoi moi?

C'est l'histoire banale de la fille sans histoire, la bonne élève, qui a toujours tout donné à l'école, qui est perfectionniste, qui a placé de très (trop) hautes espérances dans sa vie professionnelle et qui est déçue. Déçue par un monde qu'elle voyait bien plus rose qu'il ne l'était, déçue par les injustices, déçue par ceux qui pourraient prendre la décision de mettre un terme à des situations anormales, mais qui ont choisi de jeter pudiquement un voile sur ces dernières pour ne pas faire de vagues. Trop sensible aussi.

Une happy end?

J'aurais aimé intituler cet article : " comment se sortir de la souffrance au travail ", cela aurait été certainement plus " vendeur " mais je n'ai pas voulu et pas pu car je n'ai malheureusement pas trouvé de réponse à ce mal qui me ronge depuis des mois. On ne reconstruit pas en un billet ce qui a mis des mois à être brisé : l'estime que j'avais de moi même (qui n'était déjà pas à l'époque au top niveau), la foi en avenir, et surtout ma joie de vivre. J'ai perdu mon insouciance, ils me l'ont volée.

Rédiger ces quelques mots n'apaisent malheureusement pas cette souffrance, mais peut être seront ils lus  par une personne qui vit quotidiennement ce que je vis et qui, elle saura me comprendre. Si tel est le cas, je veux qu'elle sache qu'elle n'est pas seule, et qu'elle s'en sortira, un jour.


You May Also Like

0 commentaires